Lucette Lupien



Lucette Lupien est «née» à l'ONF où elle fut assistante réalisatrice de cinéastes québécois, tels que Jacques Godbout (IXE-13), Marcel Carrière (O.K. Laliberté, Bernie, Ti-mine pis la gang), Thomas Vamos (La Fleur aux dents), Anne Claire Poirier (Mourir à tue-tête, tournage partiel) et Claude Jutra (Pour le meilleur et pour le pire).

Dans les années 1980, elle a dirigé le Conseil de la culture des Laurentides, puis est revenue au cinéma comme directrice de l'Aide à la production de la Société des entreprises culturelles (SODEC). Elle fut membre fondatrice de Moitié-Moitié, un organisme visant à ce que les fonds de l'État en production audiovisuelle soient mieux répartis entre les réalisateurs et les réalisatrices.

Par la suite, elle a organisé les Festivités du 50e anniversaire de l'ONF (1989) et celles du Centenaire du cinéma (1996) au Québec. En 1997, après avoir coordonné une campagne sur le français au Québec (Le français, parlez-moi d'une langue !), elle devient directrice de l'Association des réalisateurs et réalisatrices du Québec. C'est au cours de ce mandat, sous la présidence de Philippe Baylaucq, qu'elle suscite la création de la Coalition pour la diversité culturelle du Canada.

En 2002, elle met sur pied la rencontre du Forum international des associations de réalisateurs (FIAR) à Montréal. Elle dirige l'Observatoire du documentaire du Canada depuis sa fondation en 2003 jusqu'en décembre 2006 et devient experte-conseil de Réalisatrices Équitables de 2007 à 2010.

Elle a été chargée de cours à l'Institut national de l'image et du son (INIS), animatrice d'assemblées, membre du Conseil d'administration du Conseil de l'environnement de Montréal et consultante pour le Conseil des arts du Canada et le Conseil des arts de Montréal. Elle a créé ce site en collaboration avec Franck Nold.